FERMER

Mordus de course à pieds depuis de nombreuses années, nous sommes heureux de pouvoir vous partager notre passion et notre approche scientifique de ce merveilleux sport.

Experts en analyse biomécanique, nous vous garantissons des produits adaptés à vos besoins afin de réduire vos risques de blessures et d’augmenter votre plaisir au maximum.

Bienvenue dans le monde du jogging intelligent.

Nouvelles Blogue

0        -

Repos annuel: Quand et comment


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous arrivons à un moment de l’année où plusieurs athlètes prennent un repos annuel de leur longue saison de course.

Mais un repos annuel complet ou une diminution significative de vos entraînements pendant plusieurs semaines peut-il entraîner une chute importante de vos qualités physiques durement acquises tout au long de l’année?

Les études scientifique sur le ‘’désentraînement’’ arrivent à trois conclusions.

1-      Pour les athlètes en surentraînement, un repos complet de trois à quatre semaines améliorera la performance. Cette étude, issue du British Olympic Medical Center, réalisée auprès de douze Olympiens en surentraînement ont vu une amélioration significative de leur Vo2 max après un repos complet de 3 à 5 semaines.

2-      Lorsqu’on procède à une réduction de son entraînement cardio sans toutefois l’interrompre complètement, on perd peu de capacité physique si le repos est d’au maximum un mois. Ce sont les conclusions d’une étude de L’Université de Maastrich, Pays-Bas. On demanda à un groupe de douze cyclistes de haute performance de restreindre leurs entraînements (réduction de leur volume d’entraînement de moitié) pendant trois semaines. Les tests de laboratoires qui ont suivi cette période ont démontré qu’il n’y avait eu aucune baisse significative de leur performance.

3-      Il y aura vraisemblablement une réduction de vos capacités physiques si vous hibernez trop longtemps. Selon Inigo Mujika, chercheur Basque reconnu pour ses recherches sur le surentraînement, pour les athlètes qui ne sont pas en situation de surentraînement, un arrêt d’entraînement qui perdurerait plus de quatre semaines aurait comme effet une baisse significative des paramètres physiques (VO2max, PAM, endurance).

 

En résumé, plus vous avez ‘’poussé’’ la machine durant l’année et que vous êtes épuisé en fin de saison, plus vous avez intérêt à observer une pause complète de quelques semaines. Si vous n’êtes pas trop fatigué de votre saison, vous devriez quand même réduire votre volume d’entraînement d’environ trois semaines.

Les bienfaits d’un repos annuel complet ou partiel sont :

-La réduction du risque de blessures d’usure ou de surentraînement

-La possibilité de dégager du temps pour s’occuper et de soigner les bobos accumulés durant l’année.

-Un regain d’énergie  et de motivation pour repartir la prochaine saison.

 Bonne course!

 Bernard Audet

Copropriétaire JOGX et coach de course à pied niveau 2

0        -

La minutes JOGX-PERT: Les chaussures de course en hiver et les différentes options


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous désirez continuer de courir cet hiver mais vous avez peur d’avoir froid aux pieds ou de faire une chute? Alors, quoi faire? Il est évident que les températures froides modifieront votre entraînement de course à pied. Plusieurs options peuvent s’offrir à vous pour ainsi jouir des plaisirs de la course en hiver.

Tout d’abord, sachez qu’une bonne partie des coureurs vont courir à l’année longue peu importe la température.   La majorité d’entre eux vont courir avec la même chaussure qu’ils portaient pendant l’été. Certains utiliseront le même bas et d’autres ce procureront un bas plus chaud comme ceux en laine de mérinos de la marque Ice Breaker. La propriété de ces bas est de vous garder au chaud tout en vous gardant au sec!

Pour les plus frileux, vous pouvez vous procurer une chaussure de course avec une mèche coupe-vent comme le Kinvara Runshield de Saucony. Cette chaussure empêchera une trop grande circulation d’air et empêchera le facteur éolien de refroidir le pied rapidement. Cette combinaison avec le bas de laine de mérinos vous gardera certainement le pied bien au chaud. Cependant, ce soulier a ses limites. L’adhérence au sol n’est pas augmentée! C’est pourquoi il existe des chaussures qui ont la même mèche isolante mais avec une semelle plus de sentier ou avec des crampons, comme le Nomad Tr de Saucony et le Speedcross CS de Salomon. Ces 2 chaussures vous procureront une meilleure adhérence au sol tout en bloquant le vent! Pour maximiser l’adhérence, vous pouvez opter pour des crampons de course en métal. Ils optimiseront votre adhérence au sol sur la neige comme sur la glace. Mais attention, assurez-vous d’avoir les crampons fabriqués pour la course. 

Il nous reste un facteur à considérer. Il faut garder le pied au sec. Comment y parvenir avec nos routes de neige mouillées, communément appeler la ‘’slush’’! Nous avons ici 2 options à vous proposer. La première sera d’avoir un bas imperméable. Et oui, c’est possible! Comme le bas de Dexshell  , le ultralite ou le thermlite (avec de la laine). Ces bas sont conçus pour être 100% imperméable tout en laissant évacuer la sueur du pied. Donc pas d’effet de moiteur! Incroyable n’est-ce pas!

 Pour terminer, la crème de la crème, la chaussure d’hiver chaude, avec crampon et mèche imperméable en Goretex. La chaussure comme le SpeedCross 3 GTX de Salomon saura certainement vous charmer et répondre à tous vos besoins! Comme vous le constatez, il est facile de trouver des solutions pour courir tout l’hiver. Tous ces produits sont disponibles chez JOGX! Bonne course