Nous arrivons à un moment de l’année où plusieurs athlètes prennent un repos annuel de leur longue saison de course.

Mais un repos annuel complet ou une diminution significative de vos entraînements pendant plusieurs semaines peut-il entraîner une chute importante de vos qualités physiques durement acquises tout au long de l’année?

Les études scientifique sur le ‘’désentraînement’’ arrivent à trois conclusions.

1-      Pour les athlètes en surentraînement, un repos complet de trois à quatre semaines améliorera la performance. Cette étude, issue du British Olympic Medical Center, réalisée auprès de douze Olympiens en surentraînement ont vu une amélioration significative de leur Vo2 max après un repos complet de 3 à 5 semaines.

2-      Lorsqu’on procède à une réduction de son entraînement cardio sans toutefois l’interrompre complètement, on perd peu de capacité physique si le repos est d’au maximum un mois. Ce sont les conclusions d’une étude de L’Université de Maastrich, Pays-Bas. On demanda à un groupe de douze cyclistes de haute performance de restreindre leurs entraînements (réduction de leur volume d’entraînement de moitié) pendant trois semaines. Les tests de laboratoires qui ont suivi cette période ont démontré qu’il n’y avait eu aucune baisse significative de leur performance.

3-      Il y aura vraisemblablement une réduction de vos capacités physiques si vous hibernez trop longtemps. Selon Inigo Mujika, chercheur Basque reconnu pour ses recherches sur le surentraînement, pour les athlètes qui ne sont pas en situation de surentraînement, un arrêt d’entraînement qui perdurerait plus de quatre semaines aurait comme effet une baisse significative des paramètres physiques (VO2max, PAM, endurance).

 

En résumé, plus vous avez ‘’poussé’’ la machine durant l’année et que vous êtes épuisé en fin de saison, plus vous avez intérêt à observer une pause complète de quelques semaines. Si vous n’êtes pas trop fatigué de votre saison, vous devriez quand même réduire votre volume d’entraînement d’environ trois semaines.

Les bienfaits d’un repos annuel complet ou partiel sont :

-La réduction du risque de blessures d’usure ou de surentraînement

-La possibilité de dégager du temps pour s’occuper et de soigner les bobos accumulés durant l’année.

-Un regain d’énergie  et de motivation pour repartir la prochaine saison.

 Bonne course!

 Bernard Audet

Copropriétaire JOGX et coach de course à pied niveau 2